Grégory Rateau

Vous qui me dévisagez

comme le dernier des forcenés

sachez que je ne suis pas d’ici

chaque rue me coule dessus

alors je me glisse dans la première maison venue

déloge ses habitants

m’imagine vivre à leur place

j’apprivoise la normalité

prends des notes

les efface aussitôt

frappe à d’autres portes

me fais inviter dans les règles

et après quelques verres

la certitude de trop

jusqu’au désespoir

ma colère nichée en travers de la fenêtre

un réveil difficile

vidé de tout

même de mon amertume

incapable de me souvenir du jour

et de reprendre la route

***

La nuit je l’entends, attablé

se consumant à mon bureau

les touches craquent

il redouble de violence

je le sens

à la lueur fébrile de l’aube

essayer de gagner du temps sur moi

ses traits sont presque identiques aux miens

l’obscurité allonge un peu plus ses mains

mais son âme coule coule aux bouts de ses doigts

tandis que la mienne végète

pas un mot qui ne soit éprouvé

le manuscrit que je récupère au petit matin

est le testament d’un damné

Extraits de  » Imprécations nocturnes » éditions Conspiration, collection La poésie, 2022.

GRÉGORY RATEAU

Plus d’infos : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A9gory_Rateau

Publicité

Auteur : Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Une réflexion sur « Grégory Rateau »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :