Anne- Marielle Wilwerth

Que va-t-on retenir de l’indicible sinon qu’il invitait les mots solaires à chaque cérémonie du vrai *** Une voix même éloignée peut écorcher l’âme et y laisser des échardes rebelles *** Artisans de l’inouï nous n’avons pas encore fini de façonner le fugace *** Nos mémoires esseulées ont la buée fragile Comment les emmener versLire la suite « Anne- Marielle Wilwerth »

Jan Paremski. Bonaventure Rosa

CHEZ MOI Les changements que j’attendais ce n’est pas moi qui vais en profiter peut-être une voisine peut-être un voisin je reste heureux de leur sourire de leur serrer la main Moi le quartier je vais devoir le quitter il faut digérer Ces chantiers – c’est pas pour moi c’est pour d’autres personnes qui s’installentLire la suite « Jan Paremski. Bonaventure Rosa »

Valéry Molet

Vautré Blues, acédie, mélancolie, glande. On pourrait ergoter ou chipoter. La nuit a des horizons horizontaux. Il faudrait être moins ironique pour ce trou, Cette planète provinciale, ce caca sidéral. Ce canapé en cuir meugle encore Sous mon poids contrefait par mon peu d’allant. Le plafond. repeint récemment, est très mobile. Seul à valser. LaLire la suite « Valéry Molet »

Carole Carcillo Mesrobian. Alain Brissiaud.

Tu dis que le rouge Attrape les rêves Et délie les lèvres sombres du doute Qu’avons-nous partagé Si ce n’est le grenat de parler Pour nous taire Est-ce que les heures alignées sur le nombre des passages Peuvent graver plus durement le mauve de la nuit Que cet instant de quelques plis d’aiguilles dans leLire la suite « Carole Carcillo Mesrobian. Alain Brissiaud. »