Blog

Karen Cayrat

KAREN CAYRAT Elle se présente : Karen Cayrat est née en Lorraine, dans l’est de la France où elle réside encore aujourd’hui. Traductrice/interprète (–>FR) ses langues de travail comprennent l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Elle s’intéresse, en outre, à la littérature numérique.Fondatrice et directrice de publication de Pro/p(r)ose Magazine, revue littéraire et culturelle en ligne, publiée…

Alix Lerman Enriquez

Suspension Étoile en suspension dans le ciel, prête à tomber sur le trottoir mouillé, sous la lune jaune humide décalquée. Mes pas me portent sous l’humidité de la pluie un jour noir de novembre où le jour, il fait gris. Et m’enveloppe la suie du soir, et m’engloutit la nuit. *** Brèche Un oiseau déchire…

Éric Dubois

Élie est magique et thérapise Élie il faut suivre le soleil le fixer et en transmettre la force 12.08.96 Je reviens au Cahier de Brouillon. J’écris le 05 juillet de la même année : Les mythes fondateurs ( Oedype, Jonas ….) ne doivent pas être oubliés car le silence est de mauvais augure pour l’Humanité. Plus…

Georges Thiéry

Diverses raisons salissent ma raison d’être Je navigue sur les rives de la souffrance L’air ébahi c’est que les contours me paraissent obscurs Lorsque tout s’enfonce Je sens un temps de perte à venir Je murmure toujours le nom du Suprême Sur ce chapelet de bois Plus rien ne m’étonne Si ce n’est la forte…

Marie-José Pascal

C’est au silence C’est au silence que je dois de poser des mots sur l’absence et de creuser un sillon pour qu’elle ne se confonde pas avec le sable trompeur de l’oubli. C’est au silence que je dois de faire crier les pierres pour inciser la douleur des vivants, et redonner à ceux qui ne…

Pierre Guérande

Revoir Honfleur Pour Danielle Drory Sur l’écritoire des corsaires Brandir l’oriflamme du vent Sur la proue des trois-mâts dociles Graver l’initiale des mers Sous l’encorbellement des arches guigner l’alignement des hampes en berne de la vague exquise et des voilures sagittales Loin des lagunes permissives pour garder les saveurs du large on pose un licou…

Khamylle-Abel Delalande

Je ne ressens rien / anesthésie / je dors éveillé // le soleil passe / il est tatoué sur la peau des rues / sa brume éteint tous les gestes. Je ne ressens rien / le soleil passe / il dort un peu / je suis tagué sur les murs / mes gestes engourdis m’éveillent…

Yoann Lévêque

12 loin des silences, dans la foule à la lueur sale des frairies les doigts poisseux de sucre et d’ombre je tiens ton émerveillement par la main me laisse attendrir par les lumières frelatées et par les charmes bohémiens j’y change ton silence en rire ; ton air réjoui, tes douces mines tournent dans un…

Christophe Esnault

1/ ÉLECTROCUTION FESTIVE Quand tu te sens plus mort que mort Tords une pointe de fourchette Et enfonce-la dans la prise Tu croyais ton genou pourri Tu sentiras bouger ton cadavre Il dansera, frénétique, vivant *** 9 / OUVRIR LE GAZ POUR MIEUX RESPIRER Tout le monde sait ouvrir le gaz Tout le monde peut…

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.