Anne Barbusse

l’hôpital des fous

certaines phrases que tu m’as dites

c’est moi qui te le demande je t’enverrai d’autres livres je

prendrai de tes nouvelles tous les jours

certaines phrases

comme des fanaux perchés au bout des rêves

les autres phrases que j’entends ici

je ne sais pas depuis combien de temps je suis là

vous êtes mariée des enfants

car je suis arrivée dans le coma

toutes ces misères qui doivent tenir dans les mots

que je m’aime que je m’estime m’as-tu dit

que je sois à la hauteur de

la générosité de tes caresses

des fruits

un repas de fruits

pour laver le corps

ce n’est pas que je ne veux pas vivre

c’est seulement que je ne parviens plus à faire les gestes du

vivre

occupée du seul délire de l’amour unique

tout le reste m’échappe

y compris le printemps

trop de pression disais-tu

si tu l’ôtes dans l’innocence ou l’inconscience c’est la

dé-pression

vers le bas étymologiquement démise

du haut vers le bas du haut de

ton grand lit sombre de la mezzanine enclose

des protections saines vers

le bas de ce lit trop blanc trop étroit de maladie dans

l’anonymat des faux sommeils sans corps ni désir

de l’hôpital

Extrait de  » Moi la dormante. Journal psychiatrique » Éditions Unicité, 2021.

Plus d’infos : http://www.editions-unicite.fr/auteurs/BARBUSSE-Anne/moi-la-dormante/index.php

ANNE BARBUSSE

Auteur : Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :