Alina Recoura

Identités Je n’ai pas de régionracines du béton du fer de l’acier de la fuméed’où je viens je suis attachée à l’intérieurje n’ai pas un lieudes lieux m’habitentracines des exodes racines des exilsun peu de Haute-Savoie un peu de Bretagneherbes se faufilent entre deux dalleson vient de partout de la France et du mondetu grandisLire la suite « Alina Recoura »

Georges Thiéry

Chant 3 Libérant les dernières houles, toujours compromis par les regards et murmures, je me terre dans un horizon que je scrute, je vis l’horreur puis le ciel s’ouvrir, libérer l’espace de son insignifiante matière, libérer l’espace des propos sans intérêt pour une reconversion dans une source d’amour unique qui en tous affleure, ce neLire la suite « Georges Thiéry »

Matthias Vincenot

QUELQUE CHOSE M’ÉCHAPPE Quelque chose m’échappe, lorsque je m’enfuis Quand le temps se dilue et qu’il rebat les cartes Qu’il ne subsiste rien des mots qui se formaient Au moment de l’envol Quelque chose de moi, mes perceptions sans doute Mes torrents intérieurs, domptés ou débordants Sont décalés d’un coup Tout se rassemble alors, etLire la suite « Matthias Vincenot »

Marie-Anne Bruch

La folie a commencé une fin d’après-midi de printemps, alors que j’étais en train de réfléchir intensément depuis plusieurs heures, assise sur mon canapé-lit. Je cherchais une explication raisonnable à toute la succession de malheurs qui m’avaient frappée durant les quinze mois précédents. Mais ces réflexions raisonnables tournaient en rond ou se heurtaient à unLire la suite « Marie-Anne Bruch »

Bernard Grasset

Bernard GRASSET, BRISE, Jacques André éditeur, coll. Poésie XXI, 2020, 44 p., 13 € Dans la poésie de Bernard Grasset les mots se heurtent, se confortent, s’imbriquent avec violence parfois mais également avec une complicité entretenue par une véritable passion. Position de négation ou d’action selon le poète. Lyrique de haut vol, Bernard Grasset granditLire la suite « Bernard Grasset »

Domi Bergougnoux

Acouphènes Entre mes oreilles stridulent les acouphènes pulsatiles le flot du sang bouillonne aux tempes Tant de nuits blanches ont creusé leurs cernes bleus Tant de peine a rongé jusqu’à l’os ma carcasse Pourtant, la vie est là un morceau de chair rouge qui bat sous la poitrine comme un coquelicot Et l’espoir d’un ventLire la suite « Domi Bergougnoux »

Claire Kalfon

J’écris toujours la même chose l’interstice entre les lattes du jour tendues aux trois quarts Je me répète et je m’additionne croyant mener la trace et l’ombre et plus je m’approche du petit tas de cailloux sur le côté de la route plus le mystère s’épaissit L’entaille dans l’écorce qui nous trace le chemin n’yLire la suite « Claire Kalfon »