Marilyne Bertoncini

À peine enclenchée la sirène d’alerte,

Yuko et ses douze collègues, disciplinés,

étaient montés très vite sur le toit de la banque.

Dix mètres, ça devait suffire.

Quinze heures vingt-et-une. Elle envoie

à son mari ces deux mots – pleins

d’effroi : tsunami énorme.

À cette heure-là, déjà la vague

de treize mètres

est passée par-dessus les quais du port

charriant tout sur son passage –

***

 » Je pense que l’eau a dû atteindre le toit

en quelques minutes  » dit Yasuo, chauffeur de bus,

cinquante-sept ans, au journaliste qui l’interroge trois ans

après la catastrophe.

Son fin visage émerge d’une combinaison

de plongée,

 » Elle me manque infiniment « , ajoute-t-il.

En ce jour de 2014, il réalise enfin son projet insensé :

pouvoir fouiller lui-même le fond de la mer.

Depuis trois ans, il suit une formation théorique et pratique

pour obtenir le brevet de plongée, dans l’espoir de

retrouver celle qui a disparu

le onze mars 2011.

Extraits de  » La noyée d’Onagawa », Éditions Jacques André, 2020. Préface de Xavier Bordes. Prix Quai en poésie 2021.

MARILYNE BERTONCINI

Plus d’infos : https://www.recoursaupoeme.fr/author/marilyne-bertoncini/

Auteur : Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :