Éric Chassefière

SUR LE CIEL

Tout un silence d’appels, de vols plus brefs que paupière, de chemins qui s’écrivent, langues qui se dénouent. Passages qui s’ouvrent dans le bleu, lointains en métamorphose aux noeuds d’immobile des arbres, promesse d’un au-dessus des choses, ciel rapide de ce qui disparaît, se cache dans l’éclat. Bords en labyrinthe, balancements d’après l’envol, roucoulements échos d’eux-mêmes, perpétuels effacements, toute source cachée. Simplement le cours d’une mémoire, le loin d’une conscience, le battement qui cesse, le cri toujours ailleurs, toujours au souffle de l’ici, du chemin qui s’ouvre. Tout un jardin au faîte, tout un ciel d’écoute, résonances a l’effacé des murs. Un infini luit sous l’ongle, l’arbre au dessin fragile sur le ciel respire de tous ses bras, prend partout flammes d’oiseaux, n’est mouvement que d’une mémoire. Le matin est ce qui reste d’un désir de mots. L’ombre, partout, rêve la proue. Le ciel se perd, le toit chante.

***

SOLITUDE

Tout est noir devant, tout est immobile, tout attend, tout rêve. Le coin de ciel entre arbres et toits cache le silence de la mer, l’écriture douce de l’oiseau, la fragile lumière de l’horizon. L’oiseau seul fait bouger la branche, qui est main d’ombre sur la soie du nuage, répond par le silence au désir de solitude des mots, scande les lointains, habite le proche, l’inconnu de l’arbre. Mot pas encore chant, silence déjà graine, possible du chemin, de la langue, de l’éblouissement qui prend aux racines du noir. Soleil né de rien, fleur de nuit illuminant le ciel de l’arbre qui caresse le toit, soleil doucement pensée, oeil ouvert au front, premier dessin du corps qui s’éveille à la lisière, se donne à la présence du chemin, à l’errance sans fin du désir, à tout ce grand dédale noir de l’ici se rêvant dans le distant. Sentir comme vibre l’aile de l’oiseau au passage de l’ombre sur la peau, fermer les yeux avec le monde quand le chant est feu.

Extraits de  » Sentir » Collection Pour un ciel désert, éditions Rafael de Surtis, 2021

Plus d’infos : https://www.rafaeldesurtis.fr/index.php?categ=accueil

ÉRIC CHASSEFIÈRE

Né en 1956 à Montpellier, Eric Chassefière vit à Paris. Directeur de recherche en physique au CNRS, il étudie l’évolution du Système Solaire et des planètes, et dirige un laboratoire de géosciences à l’Université Paris-Sud. ( Extrait notice biobibliographique Les Hommes sans épaules )

Il est aussi poète.

Plus d’infos : http://www.leshommessansepaules.com/auteur-Eric_CHASSEFIERE-669-1-1-0-1.html

https://www.recoursaupoeme.fr/category/auteurs/eric-chassefiere/

Auteur : Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Une réflexion sur « Éric Chassefière »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :