Agnès Cognée

III

Les rochers de l’île

Parfois j’y échouais en nages incertaines

Battue par le vent les soirs de tempête

sous les ciels noirs

au creux des rochers je me nichais

m’accrochais à la paroi

L’eau furieusement m’invitait à danser

dans ses flots enfiévrés

Je me serais bien transformée en oiseau

tournoyer au-dessus des abîmes dans un dernier tango

Furieux mon corps aurait fini sa course

sur les pals granitiques

Sur l’île je n’entends que le vent

les voix du large ou de la terre sont rompues

les éclairs masquent la beauté de l’océan

J’aurais pu aimer ce paysage romantique

assise sur un trône de pierre

sous le joug de la reine des enfers

lui succéder un jour

me pétrifier devant les moires encolérées

C’est la nuit après la nuit

tu as invoqué le rempart de l’épée

Tu ne sais pas encore ce que te réserve celui qui t’aime

Il attend que ton besoin s’arrime à ta conscience

dans la petite pièce il prépare le feu
il voudrait bien que tu déshabilles ton cœur
laisse-lui coudre encore quelques poèmes

( … )

Extrait de  » Du ciel » Éditions Le Capital des Mots, 2021.

https://www.lecapitaldesmots.fr/e-boutique/du-ciel.-agnes-cognee./

AGNÈS COGNÉE

Publié par Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :