Laurence Bouvet

Je sais que l’on pleure oui

dans le creux de nos reins

qui deviennent une paume

à l’envers de tes mains

**

A la cambrure du dos j’apostrophe

plus d’un silence à rompre

s’il le fallait

je me pendrais à ton air

sous tes essences d’ambre

et de cyprès

**

Je sais d’un savoir ancestral

d’avoir bu la soif et la ciguë

aux entournures suis pas vexée

de tes révoltes

bu les brûlantes morsures

bu les eaux des cadavres

quand le feu dans sa traîne

inonde au palais tes orages

bu le lait de lune pour preuve

Extrait de 3 in  » À Hauteur du trouble  » Éditions Unicité, 2021.

Plus d’infos : http://www.editions-unicite.fr/auteurs/BOUVET-Laurence/a-hauteur-du-trouble/index.php

LAURENCE BOUVET

Plus d’infos : https://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2021/03/laurence-bouvet-perp%C3%A9tuelle-et-nue-l%C3%A9toile.html

https://www.printempsdespoetes.com/Laurence-Bouvet

Publié par Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :