Claire Kalfon

J’écris toujours la même chose

l’interstice entre les lattes du jour

tendues aux trois quarts

Je me répète et je m’additionne

croyant mener la trace et l’ombre

et plus je m’approche

du petit tas de cailloux

sur le côté de la route

plus le mystère s’épaissit

L’entaille dans l’écorce

qui nous trace le chemin

n’y fait rien

à peine nous contient-elle

protégés et démunis

***

Rond comme le temps

le jour s’enroule

dans le seau et la lucarne

l’anse et le cadran

dans le nid confondu

et le front de la lampe

dans la virgule

et la boucle du fil

le nombre et la poignée

dans le cerceau posé à terre

et la courbe du chemin

qui me perd

me rattrape

entre le geste du matin

et le poids du soir

Extraits de  » Ici et pourtant » Editions Unicité, 2020. Collection Le Vrai Lieu.

CLAIRE KALFON

Plus d’infos : http://le-capital-des-mots.over-blog.fr/2020/05/le-capital-des-mots-claire-kalfon.html

Publié par Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :