Catherine Andrieu

Quand j’étais petite, maman me disait qu’aux défunts il poussait des ailes. C’est comme ça qu’à six ans j’ai commencé à dessiner des anges, aux feutres, et de leur fabriquer des maisons-cimetières. Il suffisait de relever le papier de la pierre tombale, pour trouver l’ange de carton au-dessous. Je faisais l’admiration de tous, puis je n’ai plus dessiné jusqu’à l’âge adulte. J’ai quarante deux ans dans quelques jours, et je reprends mes feutres pour colorier les anges… ça ne fait plus l’admiration de personne, sans doute, mais il m’est absolument nécessaire de reprendre le média pour aller chercher la petite fille triste au fond de la Maison-Bateau et la jeune fille jalouse dans le couloir de la fac, qui dessinait au bic, pendant les cours, des femmes au visage coupé en deux. Cette nuit, l’ange bleu m’est apparu. Elle était belle dans sa robe ciel. Elle est venue avec un petit chat brun sur les épaules… Elle avait de belles ailes transparentes et, surtout, elle avait le visage d’Isabelle, mon amie suicidée… Isabelle était belle quand elle se lâchait les cheveux et enlevait ses lunettes. Mais ce visage-là, elle le gardait pour les intimes. Les autres ne voyaient en elle qu’une intellectuelle ; pire, ils ne la voyaient pas… Isabelle a posé pour moi, peinture et photo. Elle m’a offert le plus intime d’elle-même : son visage nu. Elle et moi avions un pacte : s’il était vraiment quelque chose après la mort, la première à le découvrir ferait signe à l’autre. Bientôt dix ans sans réponse, mais je veux croire à cette apparition, cette nuit… L’ange avait une fleur dans les cheveux et elle m’en a tendu une.

Extrait de  » J’ai commencé à dessiner des anges  » Editions Rafaël de Surtis, 2020.

Avec douze dessins en couleur de l’auteur. Préface de Jacqueline Andrieu.

http://www.rafaeldesurtis.fr/PROSE.html

CATHERINE ANDRIEU

Catherine Andrieu est née en 1978. Après une vie passée dans le sud en bord de mer, elle s’installe à Paris où elle développe des activités d’écriture et de peinture. Elle n’oubliera jamais la mer, souvenir d’une enfance heureuse parce que revisitée par sa poésie. Les éléments y ont une vraie présence. La formation philosophique de Catherine Andrieu (Essai sur Spinoza publié aux éditions de L’Harmattan en 2009), ainsi que son inclination panthéistique, la conduisent à s’intéresser aux symboles et sagesses du monde, aux « correspondances » Baudelairiennes. D’un univers fantasmagorique développé dans plusieurs recueils au Petit Pavé ( Poèmes de la Mémoire oraculaire (2010), Nouvelles Lunes (2014), Seuls les oiseaux sont libres (2016) ), Correspondance avec Daniel Brochard (2018), sa poésie glisse vers des récits de l’inconscient, où la rationalité n’a plus de place, publiés aux éditions Rafael de Surtis, Ce monde m’étonne (2017), J’avais bien dit Van Gogh (2017), Très au-delà de l’irréel (2018), Hawking ; Etoile sans origine (2018), Des nouvelles du Minotaure ? (2019) ), Parce que j’ai peint mes vitres en noir (2020), J’ai commencé à dessiner des anges (2020). A noter également un texte publié aux éditions Rougier, A fleur de peau (2020).

http://catherineandrieu.fr

Auteur : Eric Dubois

Ecrivain, poète, artiste, responsable de la revue de poésie en ligne " Poésie Mag " , président de l'association culturelle " Le Capital des Mots ". Photo: © Frédéric Vignale, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s